top of page

Moulin de Senlis

Conseil Municipal du 7 février 2023 : délibération N° 1

Les interventions du groupe Montgeron en Commun

Intervention de Céline Ciéplinski


Moulin de Senlis :

Tristesse et sentiment de gâchis de temps, d’énergie et d’argent, voilà les émotions que m’inspirent cette délibération alors même que tous les ingrédients étaient là pour faire avec le Moulin de Senlis un projet de fierté pour l'ensemble des Montgeronnaises et Montgeronnais.


Certains projets méritent d’investir du temps et de l’argent pour bénéficier d’une vraie concertation parce qu’ils sont emblématiques, complexes et que le risque de contentieux est élevé.


C’était pourtant bien la recommandation faite dès septembre 2017 par la commissaire enquêtrice Catherine Marette : une concertation avec les associations qui se sont exprimées au cours de l’enquête de déclaration d’utilité publique est nécessaire compte-tenu de la situation du Moulin de Senlis « site sensible très protégé inscrit en zone inondable au Plan de Prévention du Risque Inondation et en site classé au titre de la loi de 1930, et relevant de prescriptions des zones humides ».


De nombreuses voix se sont élevées pour faire des propositions de projets alternatifs tant parmi les élu.es d’opposition que dans le monde associatif.


Vous n’avez écouté personne, persuadé de détenir une vérité unique : seul le projet que vous aviez conçu en vase clos était viable selon vous, faire du Moulin de Senlis principalement un lieu d’habitations sans chercher à développer ni une dimension économique ni une vocation sociale et culturelle et ce, alors même que ni l’emplacement ni la nature même des bâtiments ne semblent vraiment adaptés à un usage d’habitation.


Une véritable concertation aurait permis d’abord une phase de cadrage permettant de partager le diagnostic des besoins financiers pour la rénovation, aurait recensé les plans de financement viables ou pas dans les différents scénarios de destination, aurait permis de construire pas à pas, non pas un projet idéal déconnecté de toute réalité mais un projet acceptable et accepté au regard des dimensions environnementale et patrimoniale du lieu.


Est-ce parce que vous ne croyez pas à l’intelligence collective et aux vertus d’une concertation bien menée ou bien cadrée ?

Est-ce parce que vous vouliez économiser du temps, aller vite ?

Est-ce parce que vous pensez avoir raison en toute circonstance, même seuls contre tous ?

Bref, vous n’avez pas concerté.

Combien d’années ont été perdues en contentieux ? Des années se sont ajoutées aux années.

Quelles conséquences pour l’état du bâti ?

Combien a coûté ce refus de concerter à la collectivité ?


Je constate que cette délibération intervient presque 4 ans après celle de juin 2019, presque 6 ans après l’enquête publique.


Je constate qu’il y a eu des frais juridiques, techniques, de gardiennage sans compter le temps passé par les élu.es et agents, pour finalement quoi ?


Vous avez persisté dans le projet initial en cédant néanmoins sur une partie environnementalement très problématique : vous avez en effet retiré le projet parking privé dans un espace naturel protégé, boisé classé (EBC au PLU), situé de surcroît dans l’emprise de la vallée classée de l’Yerres.


Alors aujourd’hui vous ne vous étonnerez pas de notre vote contre ce projet compte tenu du passif et qui, ne le craignons, risque d’avoir du mal à se développer dans le contexte actuel.


Nous avons néanmoins quelques questions.


La première est que vous indiquez souhaiter utiliser les 3 locaux du rez-de-chaussée rétrocédés à la ville pour des usages associatifs ou concourant à la mise en valeur du site pour le public.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le type d’activités associatives auquel vous pensez ?

Est-ce que des activités cultuelles ou culturelles liées à la communauté de la chapelle voisine pourraient être concernées ?


La deuxième est sur la raison qui amène à demander un droit de passage depuis les

lots 2 et 3 vers le lot 1 de 216 m² conservé par la Ville ?


Nous vous remercions par avance de la réponse à ces 2 questions.


Ne pouvant revenir en arrière, il nous semble aujourd'hui crucial que les travaux de réhabilitation puissent démarrer le plus tôt possible, vu l'état de délabrement du Moulin.


Malheureusement le projet tel qu'il est monté aujourd'hui ne permet pas d'être optimiste sur ce point. En effet les travaux ne commenceront que lorsque Histoire et Patrimoine Développement aura commercialisé une part significative des logements. Rien ne garantit le succès commercial de cette opération et donc que les travaux puissent démarrer à court terme et ces travaux promettent de durer longtemps, très longtemps encore.





39 vues0 commentaire

Comments


bottom of page