top of page

Institut spécialisé pour les Déficients Auditifs

Compte rendu des interventions du groupe Montgeron en Commun

au Conseil Municipal du 11 avril 2023


18. Avenant n°1 à la convention d'occupation de locaux au sein de l'école élémentaire Jean-Charles Gatinot sise place Joffre entre la ville de Montgeron et l'association Langage et Intégration

VOTE : CONTRE

Prise de parole : Céline

L’établissement Jean-Charles Gatinot est une structure différente de l’ensemble des écoles élémentaires de Montgeron, une école intégrée et un dispositif unique d’inclusion en France, une grande source de fierté pour notre Ville.

La structure a vu le jour en 1981, il y a plus de 40 ans, de la volonté commune de l’association « Langage et Intégration », branche de l’APAJH, de l’Inspection de l’Académie de l’Essonne, de la DDASS de l'Essonne et de la Ville de Montgeron.

C’est un établissement comprenant 2 parties :

- une école élémentaire ordinaire de plus de 300 élèves (335 élèves aujourd’hui)

- et un établissement médico-social spécialisé dans la prise en charge d’enfants et d’adolescents sourds ou présentant des troubles sévères du langage qui regroupe près de 65 enfants, de 0 à 20 ans, sur trois services distincts. Sont inclus un centre de soins, de consultations et une école spécialisée pour jeunes enfants et comptant avec l’intervention de nombreux professionnels médicaux, paramédicaux et éducatifs.

L’ensemble de l’établissement a connu une direction unique jusqu’en 2015, et ce depuis sa création en septembre 1981.

Je reprends ici une citation d’une ancienne directrice retrouvée dans un Montgeron Mag de 2013 qui résume bien ce que les adultes montgeronnais d’aujourd’hui m’ont dit de la richesse de leur passage dans cette école élémentaire un peu différente :

Les enfants ayant un handicap ont les mêmes préoccupations que les enfants de leur âge. Malgré leur accompagnement spécifique, ils participent à la vie scolaire comme tous les autres élèves : repas, récréations, Pour les élèves des classes ordinaires c’est aussi une ouverture à la différence, à la citoyenneté

Les temps d’inclusion - à temps partiel ou temps plein - pour ces enfants en situation de handicap sont permis et facilités grâce à cette spécificité d’unité de lieu. La création des deux classes spécialisées pour enfants présentant des troubles spécifiques du langage oral et écrit a permis la création d’autres structures relevant de l’Education nationale sur notre territoire, comme le dispositif ULIS TSL au sein du collège Weiler ou bien les colonnes TSL à l’EREA de Montgeron, qui permettent une continuité de parcours pour ces enfants.

Cet établissement qui accueille une dizaine de petits montgeronnais est un pôle d’attractivité pour la ville. Combien de familles se sont installées à Montgeron pour que leur enfant en situation de handicap puisse s’y épanouir ?

Cet établissement est un pôle d’emploi avec près de 40 personnels.

Cette école où enfants malentendants et enfants des classes ordinaires partagent les communs est un lieu d’apprentissage du vivre ensemble d’une richesse extraordinaire pour tous.

Vous gérez cette Ville depuis 9 ans.

Vous êtes responsable de la qualité pédagogique apportée aux enfants ainsi que des conditions d’accueil scolaire de l’ensemble des élèves Montgeronnais en maternelle et élémentaire.

Aujourd’hui force est de constater que les écoles de Montgeron sont pleines à craquer au détriment des conditions d’apprentissage et au détriment de l’application des limitations gouvernementales du nombre d’élèves par classe.
La situation est particulièrement tendue concernant les écoles Victor Duruy et Jean-Charles Gatinot.

A Gatinot, votre manque d’anticipation fait qu’aujourd’hui vous ne pouvez plus respecter la convention qui nous lie jusqu’en 2026 avec l’association Langage et Intégration, d’où le passage de cette délibération proposant un avenant.


Nous regrettons que le projet de construction d’un bâtiment sur pilotis avec un financement de l’Etat via l’Agence Régionale de Santé n’ait pas abouti.

Ce projet aurait tout simplement permis la pérennité de l’école intégrée, ce beau projet de plus de 40 ans d’histoire.

Pourquoi les négociations ont-elles duré plus de 18 mois ayant coûté probablement du temps à vos services et 100 000 euros à l’association ?

Quelles sont les parts de responsabilité de l’échec entre la majorité municipale et l’association ?

Le saurons-nous un jour ?

C’est avec une profonde tristesse et un immense regret que je constate aujourd’hui que la fin de cette belle histoire est désormais inéluctable.

Néanmoins ce qui compte aujourd’hui, c’est qu’à court terme pour la rentrée prochaine, aucun enfant ne soit pénalisé

Oui, il faut ouvrir une classe ordinaire à Gatinot !

Nous sommes favorables à cette ouverture de classe et souhaiterions que les enseignants puissent retrouver des conditions de travail décentes avec une salle des maîtres dédiée.

Non, l’IDA ne peut pas être privée de 2 classes ordinaires ce qui représente 4 espaces pour le spécialisé.

Nous sommes très inquiets mais pensons que des solutions peuvent être trouvées avec un peu de créativité et de volonté politique.

Qu’allez-vous proposer à la direction de Langage et Intégration que vous rencontrez cette semaine ?

Nous ne pouvons pas voter cette délibération sans cette information, sans être rassurés pour l’accueil des enfants de l’IDA et de l’élémentaire à la rentrée 2023.

C’est pourquoi, nous vous avons demandé hier et vous redemandons ce soir le report de cette délibération à un conseil municipal ultérieur avant l’été pour vous permettre de trouver dans l’intérêt de tous les enfants une solution négociée pour la rentrée de  septembre 2023.


91 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page