Élise Billebault pour Montgeron en commun : Sur l'égalité entre les femmes et les hommes

Mis à jour : mars 25

Le Conseil Municipal du 18 novembre 2020 avait à l’ordre du jour la présentation du rapport annuel sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes de la commune de Montgeron. Il s’agissait là d’une prise d’acte mais Montgeron en Commun a fait une analyse minutieuse du rapport de la ville.

Voici notre déclaration :

Disposer d'informations sur votre politique en faveur de l'égalité, en tant qu'employeur et en tant que responsable des politiques publiques doit permettre de travailler pour réduire les inégalités envers les femmes, de réduire les violences à leur encontre et de répondre aux besoins spécifiques des femmes travaillant ou résidant sur notre commune. Vous nous présentez à ce titre le rapport sur l'égalité 2019.

Constat sur la situation des agent.e.s :

Nous constatons la très forte féminisation des effectifs (près de 3/4 des effectifs soit 11 pts supérieur à la moyenne de la Fonction Publique Territoriale (FPT)) et sa toujours plus grande précarisation au travers des emplois sous contrat (10 pts sup à la moyenne) ou à temps incomplets (près d'1 femme sur 4).

Cela engendre une situation de non-mixité de l'emploi et des filières, très supérieure à la référence nationale.

Nous constatons également des écarts de salaire, là aussi supérieur à celui de la FPT, atteignant en moyenne près de 200 € mais 1760 € en catégorie A.

Au-delà de ces chiffres, nous aimerions savoir si vos actions ont permis d'améliorer la situation des agent.es de la ville ?

Dans le même esprit, le rapport énonce de bonnes intentions pour 2021 mais aucune ambition claire n'est affichée. Il nous semble indispensable au vu de vos responsabilités d'employeur, d'une population très féminisé et avec des inégalités au-dessus de la moyenne, de définir des objectifs quantifiables et d'être en capacité d'évaluer leurs effets réels pour réduire ces inégalités.

Par exemple, le 4ème point de ces perspectives mentionne l'intention de "Favoriser des formations en direction des animateurs de la ville pour les sensibiliser à l'égalité femmes-hommes". Effectivement, nous ne pouvons que soutenir cette disposition. Les moyens seront-ils mis en place pour que tous les animateurs et animatrices puissent bénéficier sur ces 2 ans d'une formation ? De quelle durée sera-t-elle ? Dispensée par qui ?

D'ailleurs, depuis la loi de transformation de la fonction publique adoptée en 2019, les communes ont l'obligation d’élaborer un plan d’action égalité : M.Goury peut-il nous indiquer l'état d'avancement sur ce sujet, sachant qu'en cas de non-respect, une pénalité équivalent à 1% de sa masse salariale s'appliquerait ?

S'agissant de la vie locale:

Et Concernant la mise en œuvre de l'égalité au travers des politiques publiques de la commune, nous insistons sur la transversalité des enjeux d'égalité : éducation, culture, loisirs, sport, économique et sociale qui restent très insuffisamment investis à la lecture du rapport.

Pour la conciliation entre la vie de famille et vie professionnelle, il est fait état des différents accueils de loisirs, les mercredis et pendant les vacances pour les enfants jusqu'en primaire. Nous demandons la suppression de la condition exigeant que les 2 parents travaillent pour y avoir accès afin de ne pas pénaliser le parent en recherche d'emploi.

Pour les ados, il est constaté que l'espace animation jeunesse est plus largement fréquentée par les garçons que les filles au contraire du point information jeunesse. Nous nous attendions à voir des actions concrètes pour remédier à cela mais le rapport s'arrête au constat?

Enfin, aucune action ni engagement sur le sujet du sexisme et des violences, alors que l'association des maires de France (AMF) insistait en mars sur le fait que les communes pouvaient avoir une politique volontariste en matière de lutte contre les violences faites aux femmes et adopter une « délibération cadre » pour affirmer leur volonté de lutter contre ce fléau.

Montgeron a des moyens pour intervenir dans cette lutte : prévention et détection en milieu scolaire, actions dans les transports collectifs, logement, accompagnement des victimes, soutien au planning familial et aux associations. D’ailleurs le rapport n’indique pas si une ligne budgétaire sera accordée à ce sujet d’égalité, ce qui nous parait être majeur. Nous notons avec satisfaction que notre demande a été entendue concernant la subvention exceptionnelle de 1000 € accordée cette année à l'association LEA.

Dans ce contexte de crise qui conduit à accroitre les violences intrafamiliales subies par les femmes et qui se répercutent sur les enfants, il y aurait du sens selon nous à mettre en place une Commission égalité qui réunirait les différents acteurs. Plus largement, ambitionnez-vous de faire de ce sujet un réel champ d'action de votre politique ?


https://www.facebook.com/MtgEnCommun2020/posts/213982116762016

14 vues0 commentaire